Ce qu’il y a derrière un prix Ardelaine

Lorsque nous achetons un vêtement produit en masse, à l’autre bout de la planète et dans des conditions trop souvent indécentes pour les travailleurs.ses et pour l’environnement, le prix que nous payons valide un système qui pèse lourdement sur notre planète.

Dans le prix d’un de nos vêtements pure laine voici ce que l’on peut trouver, comparativement à un vêtement de l’industrie classique.

La SCOP, un choix fondateur

Une Scop c’est une Société Coopérative et Participative. Ce choix de statut est déterminant pour une entreprise puisque ce sont les salarié.e.s qui en sont co-propriétaires. En tant que salarié.e.s d’une Scop nous partageons le pouvoir, les risques, l’information et les bénéfices. Nous votons pour les grandes décisions, comme l’élection de l’équipe dirigeante, l’intégration de nouveaux associés, la répartition des résultats, selon le principe 1 personne = 1 voix, quel que soit le capital détenu.

Être une SCOP, c’est faire partie de l’économie sociale et solidaire et donc partager les richesses produites. Ainsi, si Ardelaine fait des bénéfices, ceux-ci sont répartis de façon à valoriser à la fois le travail fourni dans l’année (45% des bénéfices redistribués à tous.tes les salarié.e.s) et à développer notre outil de travail (45% sont mis en réserves impartageables). Les 10% des bénéfices restant reviennent à l’ensemble des associé.e.s de la SCOP, salarié.e.s et non salarié.e.s.

La laine, une fibre écologique

La laine est une fibre naturelle et renouvelable puisqu’elle repousse chaque année sur le dos des moutons ! Avec cette fibre unique, nous fabriquons de façon mécanique et artisanale des articles utiles et durables : nos vêtements sont résistants, une couette passe généralement les 15 ans haut la main et un matelas dure plus d’une vie.

La laine est non seulement pérenne mais en plus elle se recycle ! Nos matelas peuvent ainsi être refaits tous les 10 ans, avec la même laine ; les chutes de nos ateliers de fabrication servent à faire de nouveaux produits comme des vêtements en feutre tissé ou des dalles de paillage pour le jardin.

En bout de cycle, la laine peut se composter : riche en azote et en potassium, elle nourrit le sol pour des pâtures qui peuvent à leur tour nourrir les moutons… Et la boucle est bouclée !

Partager :