Un patrimoine

Ardelaine se situe en contrebas du village de Saint-Pierreville au lieu-dit Puausson. On trouve à cet endroit la trace d’un moulin du XVème siècle implanté sur un réseau d’irrigation encore plus ancien. Un deuxième moulin a été établi sur le même site au XVIIème siècle (1649), sur un deuxième réseau hydraulique.

La filature de laines date de 1850. Elle a été bâtie par Pierre PUAUX, dans le prolongement de son moulin.

Le moulin et la filature fonctionnaient grâce à la force hydraulique des eaux de la Veyruegne amenées sur des roues à augets par dessus : une de 4 mètres de diamètre pour le moulin et une de 6 mètres pour la filature. Ces établissements étaient conçus comme des services aux nombreux paysans des alentours qui amenaient leur blé à moudre et leur laine à filer et la commercialisation ne dépassait pas 50 km à la ronde. Les activités faisaient vivre deux familles et un ouvrier.

La filature a fonctionné une centaine d’années et a cessé son activité à la fin des années 50. C’est en 1975 que Madame Courbière, la dernière propriétaire, a vendu son établissement alors en ruines ce qui a permis la relance de l’activité sur le site.

Les machines à carder et filer qu’utilise Ardelaine aujourd’hui sont un vrai patrimoine aussi. Elles ont près d’une centaine d’années et grâce à un bon entretien et des savoir-faire précieux, elles fonctionnent toujours !

Ardelaine est labellisée « Entreprise du Patrimoine Vivant », marque de reconnaissance du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.